الرئيسية / En français / EDUCATION/CULTURE / Sexo…Sa libido est en panne… C’est normal ?

Sexo…Sa libido est en panne… C’est normal ?

intimité

Jamila Boutaleb

“Pas ce soir chérie”…. Cela vous rappelle quelque chose ? Sauf que cette fois, cette petite phrase assassine sort de la bouche de monsieur. C’est le monde à l’envers ? Pas tout à fait. Contrairement aux idées reçues, le désir sexuel masculin ne va pas toujours de soi. Décryptage.

On a tendance à penser que les hommes sont des « bêtes de sexe », toujours partants et toujours en demande. Alors quand ils ne veulent pas faire l’amour, on a du mal à l’accepter. Pire que ça, en plein désarroi, on se pose mille questions du genre « est-ce qu’il ne m’aime plus ? », « est-ce qu’il me trompe », « serait-il devenu impuissant ? »… Stop à la paranoïa. Mesdames, sachez que les hommes ont eux aussi leurs états d’âme. Comme nous, leur appétit sexuel n’est pas toujours au top. Et si parfois leur libido est en berne, inutile de sonner l’alarme trop vite. Nombre de facteurs sont mis en cause. Surtout ne pas confondre baisse de désir et problèmes d’érection.

Les caprices du désir

Avec son déséquilibre hormonal et ses changements d’humeur, on excuse plus facilement la libido paresseuse d’une femme. En revanche, lorsqu’il s’agit de l’homme, le mythe finit vite par s’écrouler. Il est inconcevable d’imaginer remettre en cause sa virilité. Au lit, il doit être vigoureux et assurer à toute épreuve. Et pourtant… Même s’ils ont beaucoup de mal à l’avouer, la moitié des hommes sont en quête de tendresse et de sécurité affective. Fragiles et vulnérables ? Et pourquoi pas ? Nombre d’entre eux se bousculent dans les cabinets des sexologues pour se plaindre. Ils refusent la course à la performance, le sexe sans sentiments et la pression à outrance. Et cette perte d’appétit sexuel peut frapper à n’importe quel âge. Cela dit, plus l’homme vieillit, plus le manque de désir se fera sentir. Bousculés par leurs compagnes exigeantes, beaucoup d’hommes sont déstabilisés et bloquent leur désir. Du moins de façon passagère.

Soumis à la pression

L’absence de désir sexuel chez l’homme est souvent fortement liée à une pression générale. Que ce soit dans sa vie professionnelle, sociale ou familiale. Car il n’y a pas qu’au lit qu’il est astreint à la performance. Stress, fatigue, surmenage, routine, soucis… Autant de facteurs vont influencer son envie. Soumis à une pression folle, démotivé et peu épanoui, il risque fort de perdre son intérêt pour la sexualité. N’oublions pas que le désir dépend de chacun et que selon l’histoire de la personne, certaines situations peuvent décupler ou au contraire baisser radicalement la libido. Et si les femmes ont assez de mal à avouer qu’elles n’ont plus envie de passer à l’acte, pour les hommes, c’est encore plus tabou.  Toutefois, la baisse de désir est souvent transitoire et passagère. Certes, elle s’accompagne d’une grande souffrance et d’un manque de confiance en soi, mais les solutions existent.

D’où provient la panne ?

La liste est bien longue. Les raisons peuvent être provoquées par un stress permanent, un conflit non résolu dans le couple, un job trop prenant ou au contraire le chômage, une maladie, un faible taux de testostérone ou tout simplement la routine. Très souvent, ces paramètres s’accompagnent d’un manque d’estime de soi, d’une perte de confiance ou d’une dépression. Prisonniers de leurs états d’âme, comme les femmes, nombre d’hommes ont besoin d’être bien dans leur peau pour faire l’amour. Qu’elles soient  psychologiques ou physiques, ces causes n’ont cependant rien à voir avec l’érection proprement dite. En consultant, beaucoup d’hommes sont rassurés de constater que leur virilité n’est pas mise en cause. Si leur libido est en grève, c’est uniquement d’ordre psychologique pour la plupart.

Comment réagir ?

S’il ne vous désire pas, ce n’est pas que vous n’êtes pas désirable. Alors cessez donc de vous alarmer outre mesure. Le problème ne vient pas de vous mais de lui. Le plus important étant de comprendre les mécaniques et les causes de sa perte de libido. Et surtout de se poser les bonnes questions pour braver les obstacles. Attention, adopter la politique de l’autruche ne fera qu’aggraver la situation. Certes, son manque de désir n’est peut-être que ponctuel, mais se cantonner à dire que « ça va revenir » ne résoudra pas le problème. Pour nombre de couples, plus le temps passe, plus les choses s’enveniment.  Car, par la force des choses, une baisse de désir va entraîner une diminution de la fréquence et de la qualité des rapports. Voilà pourquoi, pour ne pas perdre de temps, oser en parler c’est déjà aller mieux. Pour éviter une éventuelle crise dans le couple, mieux vaut aborder le problème à sa source et trouver des solutions. L’idée sera de rassurer son partenaire en l’aidant à chasser ses doutes et ses angoisses. Sans jamais le culpabiliser ou lui mettre une pression quelconque. En parler ensemble résoudra plus facilement le problème. S’il a des soucis, des idées noires ou s’il est tout simplement épuisé, laissez-lui le temps pour retrouver son énergie et sa motivation. Se forcer à faire l’amour n’est pas la solution non plus. N’oubliez pas que tout se passe dans la tête et que la sexualité ne rime pas forcément avec la pénétration. La jouissance est un champ très large. Redoublez de tendresse, multipliez les caresses, instaurez un climat de confiance et d’échanges… Et comme on dit, l’appétit vient en mangeant. En revanche, si sa panne perdure, il sera peut-être utile de consulter un sexologue qui l’aidera à évacuer ses craintes et à se libérer.

7 ennemis du désir :

1) L’usure du couple

Après plusieurs années de mariage, la flamme de la passion n’est plus aussi vive qu’au tout début. C’est l’une des grandes causes de la baisse du désir. L’excitation est plus difficile à obtenir et l’envie se fait rare. D’où la frustration, la culpabilité et l’incompréhension.

2) La routine

Il n’y a rien de plus routinier que de faire l’amour au même endroit et de la même manière. Le manque de mystère et de spontanéité peut conduire aisément à une perte de libido. Aussi bien chez l’homme que chez la femme.

3) L’indisponibilité

Un couple jeune est insouciant, énergique et consacre beaucoup de temps a sa sexualité. Mais sur la durée, les choses se compliquent. Une vie stressante, une surcharge de travail, l’éducation des enfants, les responsabilités, l’ambition, les loisirs… Avec tout ça, le sexe est relégué au second plan.

4) Mauvaise passe dans le couple

Eh oui ça arrive ! Dans ce cas, ce n’est la faute de personne. Il faut juste comprendre qu’il est difficile voire impossible de désirer l’autre quand on éprouve  un ressentiment. Le mieux, c’est de vite crever l’abcès pour se réconcilier sur l’oreiller !

5)Les problèmes de santé

Si le désir est dans la tête, le corps peut aussi jouer un rôle capital. Peut-être subit-il une andropause anticipée, il serait donc judicieux de faire un bilan hormonal. Certains traitements ou médicaments peuvent enclencher une perte de désir. Il suffit peut-être d’en changer pour que tout reparte au quart de tour ! Par ailleurs, lorsqu’il s’agit d’une maladie grave, le désir en prend un sacré coup. Mieux vaut jouer l’infirmière et ne pas trop lui en demander.

6) Les soucis

Il est taciturne, froid et distant ? Il a sûrement ses raisons. Son patron lui mène la vie dure, sa famille le harcèle, ses finances ne sont pas au beau fixe… Bref, il déprime à fond. Si ses ennuis l’envahissent, difficile pour lui de penser à autre chose. Son élan sexuel n’est pas au beau fixe ? Laissez passer le tonnerre, les beaux jours reviendront forcément !

7) La fatigue

Ben oui, ça semble dur à croire, mais c’est une réalité. Les hommes ont le droit d’être crevés et n’ont pas forcément envie de faire l’amour dans ces conditions. Et encore moins la force de vous emmener au 7ème ciel, surtout s’il a bossé toute la semaine comme un fou et qu’il se lève à 6h tous les matins. Donc, si son désir est point mort, c’est normal. Mais il ne faut pas que ça dure !

L’avis du psy :

AMAL-CHABACH-Amal Chabach- Psychologue/Sexologue-

L’homme n’est pas un robot! C’est tout à fait normal qu’il ait des fluctuations dans son désir sexuel, des hauts et des bas suivant son état psychologique, son niveau de stress, son bien être personnel et relationnel avec sa partenaire, son état de santé, ses habitudes dites toxiques ( alcool, tabac….). Mais, ce qui serait anormal, c’est que ce soit à débit insidieux ou brutal, et qui s’installe dans le temps. Car, il s’habitue à cet état de fait, ne ressentant même plus l’envie de chercher le pourquoi…. Résultat : cela peut conduire à une dépression latente ou réelle, une difficulté de relation conjugale, une crise identitaire, une diminution hormonale, un trouble érectile, une angoisse de performance ou une éjaculation rapide. Dès lors, le partenaire évitera toute union sexuelle, par peur de la réaction de sa conjointe, qui serait déçue, frustrée, triste ou même en colère…. Pour éviter les « dégâts », il arrêtera tout rapport sexuel et donc son désir s’estompera, laissant sa femme dans le désarroi, l’incompréhension et le sentiment angoissant du rejet….

عن hafida khanouchi

تحقق أيضا

Art plastique.. La femme et le peintre

Afif Bennani – Artiste peintre et chercheur  en Art  Plastique On dit souvent, pour ne …

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

web theme